Camino 999
Catherine FRADIER
Note : 2,5/5
Le denier du culte.
Un autre ouvrage qui participe au prix Cezam.
Un roman politico-policier parlant d'un scandale financier qui eut quelques implications en France dans les années 1970.
A noter que l'Opus Dei  très courageusement s'est attaqué à cet éditeur et à l'auteur de ce livre alors qu'il avait fait preuve d'un silence assourdissant pour « Le Da Vinci Code » . « Selon que vous soyez riches ou pauvres! ».
Enfin ce livre est sorti et c'est une bonne chose.
L'entrée de ce roman va vous couper l'appétit, entre un enfant maltraité qui mange dans la gamelle des chiens de la famille, et un anaconda géant qui digère un homme qu'il vient d'avaler, cela ne donne pas réellement envie d'attaquer le reste du menu, ni le plat du jour! Si un de vos amis vous demande de venir porter une poule (animal à plume) vivante à son animal de compagnie préféré, et que celui-ci prénommé Charles Édouard soit devenu vieux et irascible, refusez!Ensuite commence une histoire de meurtres ou de suicides maquillés dans les milieux financiers, qui se croisent avec des membres de la famille de l'enquêtrice. Une plongée dans le monde des homosexuels lyonnais, bref un grand choix d'ingrédients pour une affaire politico-financière sur fond de blanchiment d'argent.Une jeune fille kidnappée retrouvée vivante, mais son père, lui est repêché noyé, affaire de chantage ?
Les morts se multiplient , tous sont en relation avec la famille de Carla Montalban, haut responsable de la brigade criminelle de Lyon. Son cousin Luc est lui aussi tué, la compagne d'un policier est sauvagement torturée. Qui est derrière tout cela? Les tueurs sont vite connus « grâce » à leurs apparences ethniques ; tous les témoins parlent d'indiens, ils sont en réalité colombiens. Mais qui les emploie?
Carla Montalban, fille de famille aisée, a choisi l'indépendance financière et la police. Mais parfois elle se demande comment sa famille, émigrée espagnole, a fait pour s'enrichir si vite et à ce point?Différents crimes ou morts suspectes lui confirment que ses doutes semblent hélas avérés. Elle trouve enfin une photo de sa mère en compagnie d'un homme? Qui est-il, son amant ou autre chose? Et quel était son rôle exact dans la bonne marche des affaires familiales? Sa mort dans un accident d'avion trente ans plus tôt, crime ou accident? Pourquoi son cousin Luc est-il assassiné? Toutes ces questions resurgissent durant son enquête.Vincent Fontanel, l'homme dont elle est amoureuse, est-il réellement son sauveur, un soir où deux hommes étaient prêts à l'enlever, pourquoi prend-t'il des photos dans le bureau de son père?Son père et son oncle sont proches de l'église catholique et fréquentent les hautes autorités religieuses, font-ils partie de l Opus Dei?
Je reconnais avoir failli abandonner à plusieurs reprises, car il y a beaucoup trop de clichés dans ce livre,les personnages un peu caricaturaux et les situations relativement prévisibles. L 'héroïne qui tombe amoureuse d'un homme qui s'avère être autre chose que ce qu'elle pensait. Son adjoint spécialiste de sport en chambre et évidement lecteur de « L'équipe », des protagonistes que j'ai trouvés peu finalement peu attachants.
La lecture est facile, mais ce livre trop long, malgré un bon final. Bref un roman qui ne me laissera pas un grand souvenir.
Une phrase me pose problème : « Il avait demandé sa mutation à l'ambassade de France à Belfast »? Y-a-t'il une ambassade de France à Belfast? Après maintes recherches, il semblerait que non!
Extraits :
- Zola en comparaison, c'était "Oui-Oui à Neuilly".
- Dylan, il s'appelait Dylan. Son seul lien avec le monde des humains.
- On avait dû lui remonter les bretelles à plusieurs reprises et il en portait les stigmates comme un slip étiré jusqu'aux aisselles.
- Il boit, il fume comme une cheminée de Feyzin.
- T'es un flic et tu te conduis comme une moule à marée basse.
- Bien plus fort et bien plus lourd, il l'engrossa en toute conscience. Une histoire de trente secondes.
- Les chefs sont tous les mêmes marmonna-t-il . Ils sont instruits, mais il faut que ça se sache.
- Tu sais, cela fait longtemps que je me pose des questions sur la fortune de ma famille.
- Nous ne sommes pas responsables des choix idéologiques de nos parents commandant Montalban. Vous devez le savoir.
- Des indiens j'vous dis. Ils avaient des longs cheveux noirs et z'étaient coiffés comme les filles avec une couette.
- C'est quoi exactement l'Opus Dei?
L'oeuvre de Dieu pour tous. Sinon, l'Église dans l'église, la garde blanche, Santa Mafia, ou bien le bras armé du Vatican pour d'autres.
- C'est la plus forte concentration de pouvoir intégriste dans l'Église.
- L'argent, ma chère, l'argent.
- Les banques des paradis fiscaux n'envoient pas de relevés bancaires. Moins les pièces bancaires circulent, mieux est assurée la confidentialité.
Éditions : Après la lune éditions.