Visions de Gérard.
Jack KEROUAC.
Note : 3,5 / 5.
Au nom du frère.
Roman écrit en janvier 1956 et publié en 1963. Si le projet de Kerouac de réunir toute son oeuvre dans une vaste épopée "La légende des Duluoz" avait été concrétisé, celui-ci en aurait été le début, car il concerne les années 1922/26, de la naissance de Jack à la mort de son frère Gérard.
Le quotidien d'une famille de canadiens français de l'autre côté de la frontière.Cette vie est racontée par un enfant qui vient de naître et qui suit et accompagne sans trop comprendre l'agonie de son frère. Gérard est malade et sa mort est programmée ; sa bonté et son dévouement n'y feront rien. La puissance de la religion catholique dans les familles des canadiens français, même vivant aux Etats-Unis est inconcevable des nos jours. Tout cela donne un contexte où la mort de Gérard est une chose normale, même un don du ciel! Cette phrase résume cet état de fait :
-
"Le péché est si profondément enraciné en nous que nous en inventons là où il n'y en a pas et nous les ignorons là où ils sont". Le quotidien, le père dont la situation professionnelle se dégrade, la mère Gabrielle fait ce qu'elle peut ; les anecdotes : Gérard sauvant une souris prise au piège, les soûleries des hommes, l'hiver et le charbon qui parfois manque. Rien de bien remarquable, à part cet enfant, ange déchu, dont le passage sur terre, laissera une marque indélébile dans la conscience de Kerouac.
Avec le recul des années, j'ai en effet lu ce livre il y a très longtemps. La question qui se pose est la suivante ; moralement Kerouac était-il armé pour sa vie? Son existence d'homme avec ses pulsions sexuelles, ses vices et son alcoolisme! Ne portait-il pas en lui cet esprit de faute perpétuelle qui l'a rongé toute son existence. L'emprise de sa mère et ses contradictions personnelles le pousseront dans ce long suicide alcoolique. Cette carrière d'artiste qu'il désirait tant lui fut en fin de compte fatale.Le microcosme familial est bien rendu par la narration de Ti Jean, la bouillie d'avoine,qui cuit, Gérard alité, le père sortant avec ses amis, l'amour de Gabrielle pour Gérard qui semble excessif à Jack. La soeur Nin et les chats toujours présents complètent la tribu Kerouac.
L'originalité de cette oeuvre est que le narrateur a quatre ans et il assiste à la courte vie de son frère qu'il adore. L'écriture est donc très infantile, et les faits relatés peuvent prêter à sourire tant ils sont ordinaires. Mais Kerouac met un tel amour, presque poussé jusqu'au mysticisme que l'on se laisse prendre à cette dévotion.  Même si parfois on est un peu irrité par cet enfant trop gentil et trop plein de bonté humaine.
Kerouac, profondément catholique, commence à être également influencé par le bouddhisme au moment de l'écriture de ce livre, ce qui donne ce côté "les choses sont ainsi faites car Dieu (ou un autre) l'a ainsi voulu".
Une phrase résume ce livre : "Soyez écoeurés si cela vous chante, ce livre sombre est prophétique". Ce roman a été publié en 1963, six ans après Jack Kerouac était mort, il avait 47 ans.
Extraits:
- Peut-être n'y a-t-il rien du tout, pressent-il avec sa pureté lucide.
- On n'a pas l'impression que Dieu a fait le monde pour les gens.
- Je veux écrire-Je suis un artiste.
- Pour la dernière fois il rentre de l'école.
- C'est parce que Dieu ne le veut pas.
- Ah oui, mais tu devrais être habituée maintenant-Ça finira par arriver.
- As tu peur mon chéri?
Non ma soeur-le prêtre m'a béni.
Éditions : Gallimard.
Titre original: Visions of Gerard.
Autres chroniques de cet auteur :
Maggie Cassidy.
Les souterrains.
Vraie blonde et autre.