Brest, l'ancre noire.
Collectif.
Note : 4  / 5.
Hors-piste* à Brest!
Un recueil de nouvelles avec des écrivains que je connais, Hervé Bellec ou Jean-François Coatmeur, d'autres que je vais connaître comme Gérard Alle, Caryl Férey, Marie Hélias ou Jean-Paul Jody.
Une ville que j'ai un peu résidé il y a très longtemps (40 ans), mais qui inspire les écrivains, je ne parle ici que de ceux que j'ai lus et par ordre alphabétique! Claude Bathany, Christian Blanchard, Jean-François Coatmeur, Hervé Jaouen, Laurent Ségalen etc...la fine fleur de la littérature noire bretonne.
Un homme cherchant une femme pour la nuit, deux femmes ne cherchant pas forcément un homme pour la nuit. Ils se rencontrent, boivent (beaucoup) mangent (peu) et pensent aller danser. Mais pour l'homme, la chute ne sera pas du tout celle espérée!C'est le thème de la nouvelle ouvrant ce recueil "Les Princesses de la nuit" de Marie Hélias, une plongée (!) dans la nuit brestoise.
Marie revient de trois ans passés à Paris, elle espère revoir Pierrot, le seul amour de sa vie, hélas celui-ci, peintre marginal, a disparu. Elle s'installe dans la prison désaffectée de Pontaniou et poursuit ses recherches. Sa seule compagnie est une mouette qu'elle baptisera Gérard. Mais, cela n'empêchera pas le mauvais sort de se liguer contre l'une et l'autre.
"Les mains qui s'ouvrent" raconte l'histoire d'une vengeance longuement mûrie. Une jeune femme épouse un médecin plus âgé qu'elle. Des lettres anonymes arrivent bientôt chez le couple, que cache cette jeune femme?
Un vieux film cause la mort de plusieurs personnes dans "Un homme est mort". Hassan raconte l'histoire de Julien Abiven et de Michel dit Mick. Julien cultive un jardin ouvrier, Mick cultive le souvenir d'un père qu'il n'a pas connu, il pense qu'il fut un grand syndicaliste qui avait tourné dans un film sur les grèves des années 1950. Julien trouve en bêchant un film qui porte l'étiquette "Un homme est mort", il ne se doute pas que cet homme mort sera bientôt lui!Noire la peau des prostituées africaines dans "Sia, chandelle de Brest". Noire également la malchance qui l'accablera Sia au moment où enfin elle espérait quitter la ville.
Je ne reviendrais pas sur la nouvelle d'Hervé Bellec "Un bon dieu pour les ivrognes* qui fait partie du recueil du même nom.
Des personnages hétéroclites, mélange de classes sociales, mais souvent plus proches de la misère que de l'opulence. Deux filles en vadrouille, qui profitent de la situation d'un représentant célibataire et un peu fortuné, plus qu'elles en tout cas. Une jeune femme revenant d'un exil parisien qui recherche un amour perdu, elle s'y brûlera les ailes. Une femme jeune qui épouse un docteur handicapé de près que vingt ans son aîné, pour l'argent, pensez-vous? Et bien vous avez tort! Deux hommes aussi dissemblables que possible fréquentent la même échoppe de frites où officie une figure de la vie brestoise. Hélas entre eux, cela deviendra la "guerre de la bande".Une prostituée venant de Sierra-Léone veut tout quitter, elle est sur le quai du port de Brest, un bateau va partir, elle doit le prendre....
Comme souvent dans ce genre de recueils collectifs les écritures sont différentes, mais toutes de très bonne qualité.
En plus le plaisir de découvertes de nouvelles plumes, enfin pour moi!.
Extraits:
- Les deux copines pistent ensemble depuis leur quinze ans. Elle en ont bientôt vingt.
- Envie de danser pour Katia. Envie de vomir pour Céline. Envie de baiser pour Jean-Marc.
- Les filles ne sont pas plus intelligentes que les mecs, juste un peu moins connes.
- Pas de doute, elle était bien de retour au pays.
- Sa bien-aimée soeur Malou, le col bordé d'un triple rang de perles roses et fardée comme une cocotte, cornaquant avec autorité l'asperge sinistre qui lui servait de voisin de lit.
- " Votre femme a déjà habité Brest. Elle vous l'a dit?"
- Pas du tout. Pas bien. Pas mieux. Pas pire non plus. Pas clair. Enfin un solitaire aussi.
- Tout à l'heure elle s'en foutait qu'il crève. A présent, elle le souhaitait.
- Sia se vendit six mois plein pour le prix de sa traversée.
- Bien sûr.... Les promesses n'engagent que ceux qui y croient!
- Il n'empêche, ne rêves pas : ces gens là ne peuvent rien pour toi? Rien.
Éditions : Autrement / Roman d'une ville. (2003).
*Piste : loc.po.brestoise : partir en piste, tirer une piste. Aller de bar en bar....