Félicité Grall.
Hervé BELLEC.
Note : 4 / 5.
La félicité et le graal.
Roman de 2004, dont le sous-titre pourrait être "La vie n'est pas un long après-midi tranquille".
Suite à divers petits incidents dans sa Normandie natale, Rémi Briquebecq s'est vu contraint de quitter Rouen pour Brest. Il est muté dans une bibliothèque d'un quartier de la capitale du Ponant. Il se satisfait plus ou moins d'une vie solitaire jusqu'au jour où il rencontre Félicité, institutrice dans un quartier sensible. Donc rendez-vous est pris chez Félicité pour aller défendre un projet culturel qui tient particulièrement à coeur à l'institutrice. Rémi n'ayant plus de permis de conduire accepte bien volontiers d'avoir un chauffeur. Mais il sait pas encore ce qu'il l'attend. Quand cette charmante jeune fille prend une douche, notre pauvre Rémi ne regarde pas, il écoute, et c'est peut-être pire pour lui, mais l'heure tourne, le retard commence à être une notion qu'il va falloir prendre en compte. Après un départ sur les chapeaux de roues, comme une vieille "Lada" plus proche de la casse que de son âge d'or peut en faire, il faut faire demi-tour, Félicité a oublié son dossier! Donc retour case départ, Rémi attendant dans la voiture jette innocemment un oeil dans la boite à gants et trouve un paquet de préservatifs bien entamé! Félicité revient avec son dossier, mais changée de pied en cape ; le jean-tee-shirt est remplacé par une jupe légère et seyante! Rémi n'est pas au bout de ses surprises, plus d'essence et mademoiselle a tout oublié, argent, chéquier, etc! Puis la panne d'essence, et les raccourcis supposés, bref les heures passent, la réunion pour la défense du projet a du plomb dans l'aile. Par mégarde, Rémi se rend compte que la douce et troublante Félicité, a un "flingue" dans son cabas! Puis elle décide que la réunion, elle s'en fout et à la place elle préfère d'aller se baigner! Rémi ne sait plus à quel saint (seins) se vouer! Pour la suite, laissez faire l'imagination et l'humour de l'auteur!
Félicité Grall est charmante, mais un peu tête en l'air et vraiment imprévisible dans ses actions ou raisonnements. Sa conduite (pas celle de sa voiture qui elle aussi mériterait que l'on si arrête!) oscille entre charme et désinvolture. Et puis est-il normal d'avoir une arme sur soi! Bref, elle est adorable, épuisante et tête à claques!
Rémi Briquebecq lui un peu naïf succombe petit à petit au charme de Félicité. Mais il se demande quand même qui est cette jeune femme farfelue et qui parfois abuse de la situation mettant son compte en banque dans un état catastrophique.
Ce roman pour le moins trépidant se déroule sur quelques heures d'un après-midi que l'on pourrait qualifier de bien occupé.
J'aime bien les livres d'Hervé Bellec, car ils parlent toujours de moments privilégiés de ma jeunesse de Jack Kerouac à Neil Young et dans ce livre de Steve McQueen dans "Au nom de la loi".
Extraits:
- Je me méfiais toujours et à juste titre de faire l'amalgame entre le physique et le mental.
- Oui, Brest, pourquoi pas, après tout.
- Je vaquais çà et là, en pointillé, sans but bien défini, sans espérance démesurée.
- En jaille?
Oui, en piste, quoi. En java, si tu préfères!
- On aurait dit Amélie Nothomb, avec disons vingt ans de plus.
- Un peu à la façon de Joss Randall quand il arrachait les mises à prix dans le générique d"Au nom de la loi" le mercredi après-midi à la télé.
- J'étais vraiment une cruche, la reine des pommes.
- Vois-tu, Camaret, c'est un peu le clitoris de la Bretagne.
- Un démon. Cette fille était un démon.
- S'agissait pas non plus de les prendre pour plus cons qu'ils n'étaient.
- Je l'ai suivie. Je les ai toujours suivies, les unes après les autres.
- Je l'ai serrée plus fort. Ça faisait longtemps.
- Sur ce je deviens aussi muet qu'une dalle de granit.
Éditions : Robert Laffont.
Autres chroniques de cet auteur :
Un bon dieu pour les ivrognes.
La Nuit Blanche.
Demain j'arrête d'écrire.