Le onzième commandement.
Frédéric PRILLEUX (coordonnée par)
Note : 4,5 / 5.
Maintenant, tu liras*.
Décidément j'adore cette série de recueils de nouvelles et son concept original. Après "Billets Brûlés" et "Mes chers voisins", voici les noms des heureux gagnants dont une nouvelle se trouve dans ce livre : M.Akkouche; D.Daenninck; A.A.Faivre; P.Le Querrec; C.Magner; H.Pagan; C.Pelletier; G.Pingault; S.Rossignol; J.H.Withek.
Dans "Tu ne reproduiras pas", Fabien et Dominique Morel sont jumeaux. Leurs destins sont à l'opposé, réussite pour l'un, déchéance pour l'autre. Une lettre rappelle à Fabien une promesse d'enfance. Nous le suivons dans ce voyage de retrouvailles.
"Tu ne doubleras pas", dans la France des colonies est un excellent texte, où il est question d'un mode de vie finissant où le fils tente de surpasser le père.
Que dire de ce texte angoissant et déroutant qu'est " Tu ne liras pas d'histoire aux vieilles personnes qui ont envie de dormir"? La question pourrait être "La littérature tue-t-elle" (ou tutelle)?
Un monde de chercheurs dans un temps futur où la curiosité est un vilain défaut. Ce qui rend les bibliothèques particulièrement dangereuses pour les gens ayant l'oeil baladeur.
Et si Jésus revenait? Dans un commissariat de quartier d'un monde cauchemardesque, il ne changerait plus l'eau en vin, mais les salauds en enfants de Marie.
Sarajevo et les guerres de Yougoslavie servent de toile de fond à "Tu ne dépasseras pas ta fréquence cardiaque maximale". Un homme Darko, un carrefour "Alipasan", un marathon en signe d'espoir. Un tireur d'élite règne sur ce point stratégique, Darko est toujours passé à ce carrefour sans encombre, et aujourd'hui, en sera-t-il de même?
Les personnages de ces nouvelles sont parfois attendrissants comme ce brave veuf, Christophe Dupuis. Seul depuis 2 ans, il a organisé sa vie. Un tour au bistrot le matin, un café, faute de retrouver sa Normandie, il s'offre un Calva, parfois deux, puis une petite séance de cinéma. Il voit son fils toutes les semaines pour un repas au restaurant, il voit également sa belle-fille, en allant dîner régulièrement chez eux! Pourquoi cette dernière trouve à redire et lui donne de l'argent pour changer ses habitudes?
Pauvre Joe, "Tu ne vivras pas trop vieux", pour lui c'est un titre prémonitoire, avec une vie pareille que pouvait-il espérer? Le cinéma en accéléré, c'est usant, Joe!
Être pris pour un autre cela peut prêter à confusion, cela peut faire rire, même très jaune. Être confondu avec un camarade de promotion, cela peut mal commencer et très mal se finir!
Dans "Tu aimeras la vie", George Lelong vit un rêve, la vie lui a fait un cadeau magnifique, la plus belle journée de sa triste existence avec un amour éternel. Mais n'est-ce-pas un rêve? Ou un cauchemar ?
D'excellents récits avec des formes et des écritures différentes mais de très bon niveau. Un très bon cru, cette cuvée 2003.
Extraits:
- Remplir mon verre pour ne pas vivre vide.
- Il est malade...
Oui, d'une maladie qui n'a pas de remède : La haine.
- J'ai acquis de nombreuses certitudes grâce aux histoires que je lis.
- Elle part à la recherche de son aventure quotidienne.
- Mais il ne ressent rien. Pas même ce terrible lien du sang.
- Je n'avais plus qu'une petite vie étriquée.
- Mon cul! Il est dix fois mieux payé que moi, et pas capable de faire son boulot.
- Elle doit avoir la trentaine. Pas un canon de la mort. Mais loin d'être un thon.
- Orphelins, seuls définitivement seuls. Nous avions fait le deuil de l'humanité.
- Il inspirait de la pitié, on le laissait tranquille, c'était bien comme ça.
Éditions : Terre de Brumes.
Autres chroniques de cette série :
Billets Brûlés.
Mes Chers voisins.
*Commandement recommandé pour tous.