Causes mortelles.
Ian RANKIN.
Note : 4 / 5.
Pack de six.
J'ai lu il y a quelques temps plusieurs romans de cet auteur écossais avec des fortunes diverses. J'avais beaucoup aimé "Le Jardin du pendu". D'autres dont je n'ai plus les titres en tête m'ont moins plu.
Edimbourg, c'est l'été, le festival de théâtre met la ville en effervescence. La police est sur les dents, et en supplément au programme, un jeune homme est retrouvé assassiné! La méthode rappelle celle employée par l'I.R.A pour abattre les traîtres à la cause. Une inscription "Nemo" est tracée sur le sol, et la victime porte un tatouage "SaS". L'enquête peut commencer. Et comme les alertes à la bombe se multiplient, la police est débordée. Il s'avère que la victime était un sympathisant de la cause loyaliste et semblait proche des paramilitaires protestants. Rebus apprend également qu'il était le fils naturel d'un truand notoire actuellement en prison. Rebus et un des ses collègues partent pour Belfast, ce qui rappelle de mauvais souvenirs à l'inspecteur, qui avait servi (et parfois sévi)dans cette ville. Il évoque les problèmes de connivences entre la police et les paramilitaires protestants, dont l'un d'entre eux est justement parti en Écosse où la police l'a perdu de vue. A leur retour, ils apprennent l'assassinat du frère d'un de leurs collègues qui enquêtait sur une affaire de trafic de drogue. Certains indices laissent à penser que les deux affaires sont liées?
Une promenade pas touristique du tout dans une ville qui reflète une misère profonde dans les quartiers défavorisés. D'émeutes en agressions, une partie de la ville est loin du clinquant du festival. Et certains Orangistes veulent organiser des défilés, une provocation de plus. Comme en Irlande du Nord, les problèmes communautaires existent aussi en Écosse, quartiers catholiques ou protestants, équipe de football de l'une ou l'autre confession.
L'inspecteur, John Rebus, flic à la mode, blasé, avec un léger penchant pour les boissons alcoolisées, et de nombreux problèmes avec sa hiérarchie. Ce livre date de 1994, et certaines choses ont évolué en Irlande du Nord, même si tout n'est pas encore réglé. Du polar solide, mais sans réelle surprise, l'auteur nous offre plusieurs solutions, avec les problèmes irlandais en toile de fond avec, et c'est plutôt rare, une plongée dans les milieux paramilitaires protestants. Un bon roman, même si je n'accroche pas trop avec l'inspecteur John Rebus! J'ai trouvé l'écriture un peu trop "léchée"! Un gros reproche au sujet d'une note en bas de page qui dit ceci :
"A Derry, les protestants assiégèrent les troupes de Jacques II". La vérité historique est que les troupes de Jacques II, roi catholique, assiégèrent les troupes protestantes retranchées dans Derry.
Extraits :
- En général, l'I.R.A. utilise des mots codés, juste pour que nous sachions qu'ils sont sérieux.
- Mais le summum, c'est le "pack de six" : les deux coudes, les deux genoux, les deux chevilles.
- Une face d'ivrogne. Rebus en avait trop vu dans son existence- y compris la sienne, certains soirs dans le miroir de la salle de bains.
- Est-ce que cela voudrait dire que vous faites un lien entre ce trafic, le meurtre de Mary King's Close et les organisations paramilitaires.
- L'Ecosse avait assez de problèmes comme ça, sans se mêler de ceux de l'Irlande.
- C'est pour cela qu'on le surnomme l'Orangiste Mécanique.
- Les forces paramilitaires loyalistes ont descendu plus de civils que l'I.R.A. l'année dernière.
- Mêmes les pires cités H.L.M. étaient contrôlées par des bandes de paramilitaires, dont les châtiments très dissuasifs allaient bien au-delà de l'incarcération.
- La collusion entre les forces de sécurité et les loyalistes est-elle toujours aussi forte?
Éditions: Folio policier.
Titre original : Mortal Causes. (1994)