img050

La déclaration .
Brian MOORE.
Note : 4,5/5.
Hospitalité religieuse.
J'ai déjà, ici même, parlé de Brian Moore, né à Belfast en 1921 ; il est mort à Malibu en 1999. A la fin de la guerre, il prend la nationalité canadienne. Trois fois finaliste du prestigieux Booker Price, il est l'auteur d'une vingtaine de romans. Ce roman commencé en 1992 à été terminé en 1996. L'affaire Touvier a largement inspiré l'auteur.
R.(nous n'en saurons pas plus) traque un homme qui semble avoir dirigé la milice marseillaise, responsable d'exécutions sommaires de juifs.Cet homme, Pierre Brossard, a été condamné à mort par contumace à la libération. Mais il a disparu depuis.
Aujourd'hui, il est découvert. R. doit l'abattre, mais c'est lui qui est tué. R. était en possession d'un passeport canadien, qui ou quelle organisation représente-t-il? Pour Brossard, la cavale recommence, il quitte le monastère qui lui servait de refuge pour un autre où il compte encore certains amis. Mais la nouvelle hiérarchie de l'église catholique n'est plus aussi bien disposée à son égard, ses alliés se raréfient et ses anciens amis de circonstances lui affichent ouvertement leur mépris. Il abat un second tueur, T. qui semble non pas le suivre, mais le précéder!Il se remémore sa vie pendant ces quarante-quatre ans de clandestinité, comment il est devenu un hors-la-loi, les hold-up et les escroqueries.Son arrestation par la police, qui contre quelques renseignements, le relâche à son grand étonnement. Est-il plus utile dehors que dedans? Dorénavant son seul refuge est l'église catholique et ses nombreux monastères disséminés dans le sud de la France.Mais certains bruits courent, la presse s'étonne qu'il soit encore en liberté et soupçonne qu'il bénéficie de complicité. Il est devenu une cible de choix pour, semble-t-il, certaines organisations juives qui veulent sa mort et veulent épingler sur son corps "La Déclaration".Au nom du passé, la police est dessaisie du dossier pour la gendarmerie moins impliquée dans certaines affaires pendant la guerre.
Pierre Brossard est un ancien responsable de la milice marseillaise. Bien qu'ayant du sang sur les mains, il n'est pas d'un rang si élevé pour remuer ciel et terre. Mais son arrestation servirait d'avertissement à des personnalités plus haut placées qui se pensent intouchables. Sa mort de manière violente prouverait que nul n'est au dessus de la vengeance d'un groupe organisé et décidé.Fervent catholique, admirateur de Pétain, il a des idées racistes et xénophobes rejetant pèle-mêle les Russes, les Américains et les Anglais. Sa vie est une longue fuite, l'âge le rattrape, mais pas uniquement l'âge, son passé également.
Brian Moore décrit si bien d'autres personnages de l'Histoire qu'il est dur de ne pas les reconnaître par exemple: Secrétaire général de la préfecture de Gironde, ministre sous Giscard ou Mgr Lefevre, intégriste, mis au ban de l'église par le Vatican.
Un excellent ouvrage mettant en cause une certaine catégorie de politiciens et une partie de l'église catholique à la fin de la guerre, et même après. Sous le caractère romanesque du livre, je pense que l'auteur a bien étudié le problème même si souvent il s'éloigne de la vérité. Une lecture aisée et instructive.
Ce roman a fait l'objet d'une adaptation cinématographique, réalisée par Norman Jewison, avec Michael Caine, Charlotte Rampling et Alan Bates. Du bien beau monde, ma foi.
Extraits :
- C'était son triomphe personnel. Il ne s'était pas laissé chasser de son pays.
- Si une fois tout pesé, Dieu me rejetait?
- Quand on y pense, ce mec est comme papa. Ils ont tous les deux choisi le mauvais camp et on le leur a fait payer.
- La gendarmerie a donc un casier vierge en ce qui concerne la collaboration. La police, non.
- La gendarmerie a toujours été hostile au Maréchal.
- Donc, même si je le pouvais, je refuserais de vous aider.
- Tu as surtout le type merdique parfait.
- Dans le clergé, la dévotion remplace souvent l'intelligence.
Éditions : L'Archipel
Titre original: The Statement.(1996)
Autre chronique de cet auteur :
Les trahisons du silence.