L'homme qui inventa le péché.
Sean O'FAOLAIN

Note : 4 / 5.
Pêché véniel !
Second recueil de nouvelles que je présente de cet écrivain natif de Cork avec le siècle, en 1900, décédé à Dublin en 1991.
Les nouvelles de ce livre, neuf seulement, qui s'échelonnent entre 1937 et 1966, prouvent également sa longévité d'écrivain.
Quelques-unes de ces nouvelles parlent de train, pourtant le réseau ferroviaire irlandais n'est pas très réputé, sauf pour ses retards, parait-il!
"Les gens du commun admirent-ils le paysage?", c'est la question que se posent certains voyageurs, mais la discussion dévie sur l'histoire d'un chef de gare chanteur, qui espérait qu'un voyageur remarquerait sa voix (de chemin de fer) et le ferait embaucher à l'Opéra de Dublin.
Train encore pour "Le pantalon de Sullivan" où un représentant de commerce se plaint de tout, du commerce, du gouvernement, etc,etc. Il décide de vivre comme un vieil irlandais, fait gaéliser son nom (chose qu'a fait l'auteur à l'indépendance irlandaise)et décide de ne porter dorénavant que le kilt. Sous son côté farfelu et humoristique, cette nouvelle cache le mal-être de gens dépassés par le progrès et ruinés par celui-ci.
Des secrets de famille bien gardés dans une petite ville de province, où le père d'une jeune fille envoie un garçon outre-mer pour briser un amour naissant, mais qui n'avait pas son consentement.
La nouvelle qui donne son titre au livre raconte les étés de jeunes religieux des deux sexes qui se réunissent dans des collines pour apprendre, en devoir de vacances, le gaélique ; la bonne humeur est de rigueur, des amitiés se forment. Il fait beau, mais pour certains ecclésiastiques de haut rang, le paradis n'est pas sur terre. Fallait-il cela pour tuer le reste d'innocence des ces jeunes gens?
"Le silence de la vallée", c'est sûrement ce qu'il adviendra après la mort du cordonnier-conteur, mais les bavardages des résidants de l'hôtel, eux, continueront. Les traditions contre la modernité, les veillées funèbres en opposition à des propos en l'air!
"Les amants du lac", est la plus belle nouvelle de ce recueil. Pourquoi Jenny tient-elle à faire le pèlerinage du Lough Derg ? Rester trois jours sur une île, sans manger, pieds nus, faire des "stations de méditation" sans dormir et réciter des prières pendant tout ce temps. Son amant Bobby est effaré, est-ce de sa faute?
Des personnages parfois caricaturaux, comme le chef de gare, ou perdant légèrement la raison comme ce représentant de commerce qui devient une célébrité en quittant son pantalon. Comment demander à un homme fatigué, mais turfiste acharné de garder le lit, alors que la saison des courses sur plat va commencer. Un dictionnaire catholique suffira t-il comme dérivatif!
Évidement ni l'église, ni la religion n'ont le beau rôle, ce qui n'est pas étonnant de la part des écrivains irlandais de l'époque.
La nouvelle "Teresa" concerne une novice qui va en pèlerinage à Lisieux, accompagnée d'une soeur plus âgée, mais toutes les Teresa n'ont pas forcément la vocation. Histoire d'enfants marginalisés qui tentent de renverser la situation.
Attendrissant comme ce couple d'amants, où l'homme chirurgien réputé essaye de faire une retraite avec sa maîtresse dans l'un des plus durs pèlerinages de l'Irlande catholique.
Une écriture de qualité, mais pas forcément facile au premier abord, il faut aussi tenir compte de la date de l'écriture. Sean O'Faolain se démarquera de la tradition littéraire irlandaise et fondera un magazine "The Bell" qui aidera beaucoup de jeunes écrivains a démarrer.
Extraits :
- Tout homme, vit selon l'image l'image qu'il a de lui même.
- Ma peau même est faite de nourriture irlandaise. Mais vous avez quoi? Je commence à haïr ce foutu pays et tout ce qu'il contient.
- Un train de vie excessif, c'est tout.
A Barronloe. Mais comment peut-on dépenser de l'argent ici?
- Je ne connaîtrai personne à Lisieux. Et si je découvre que je n'ai pas la vocation, qu'est-ce que je vais faire?
- Sauf peut-être que la petite soeur Magdalen était si mignonne, si gaie et si enjouée que cela semblait criminel de l'enfermer à l'écart du monde dans un couvent.
- Mais il n'est pas bon de sortir les gens de leurs ornières.
- Es-tu en train de me faire le coup de tourner religieuse?
- C'est la seule chose à laquelle je puisse me raccrocher dans une existence dépourvue de sens. Pas d'enfants. Un mari que je n'aime pas. Et je ne peux pas t'épouser.
- N'y avait-il pas un type qui disait : "Seigneur rends-moi chaste, mais pas tout de suite?"
Éditions : Joëlle Losfeld.
Titre original: Nouvelles extraites des recueils suivants:
A Purse of Coppers 1937.
Teresa & Others Stories 1947.
The Stories of Sean O'Faolain 1957.
The Heat of the Sun 1966.
Autres chroniques de cet auteur :
Passions entravées.