Sous_l_oeil_de_

Sous l'oeil de l'horloge.
Christopher NOLAN.
Note :4 / 5.
Que notre volonté....!
Né à Dublin en 1965, handicapé profond, il écrit à l'aide d'une pointe fixée sur son front. Son histoire fait penser à Christy Brown, autre écrivain irlandais handicapé dont Jim Sheridan a tiré le film "My Left foot".
Il a écrit : un recueil de poèmes "Dam-Brust of dream" en 1981, un roman "The Banayan Tree" en 1999. Ce livre qui date de 1987 est une autobiographie.
Dans l'avion qui le ramène de Londres, où il vient de recevoir un prix littéraire, est pour Joseph l'apothéose et la récompense d'années de doutes et de labeur. Il se remémore sa prime jeunesse et les sacrifices consentis par ses parents, l'abnégation et l'amour de sa mère, et le courage de son père. Et aussi l'amour de sa soeur et l'aide que tous lui ont apportée. L'humour qui sauve de la morosité, le départ de la ferme pour s'installer en ville où les soins sont plus faciles.
La première rentrée scolaire qui procure les premiers pas sans les parents. Il se souvient de la gentillesse des professeurs et des copains de classes, les bêtises également comme tous les enfants de son âge. Son premier rôle de théâtre et la peur qui l'envahit. La publication de son premier livre le fait rentrer de plein pied dans le monde des adultes, avec ses bons côtés, le fait d'être invité à de grandes manifestations littéraires. Il y fait la connaissance entre autres de Brendan Kennelly et de John B.Keane. Mais il goûte aussi aux mauvais côtés de la gloire, en lisant un article assassin d'un journaliste américain. Puis vient le temps du Trinity College et la découverte des dramaturges, O'Casey, Synge, Beckett sur lequel il rédigera un mémoire.
Une fois n'est pas coutume, tous les personnages sont des êtres, pas d'exception, mais juste humains, profondément humains. Des parents, Matthew son père, qui travaille en tant que salarié et est fermier à mi-temps. Nora, sa mère, en plus de faire tourner la maison, se trouve seule un jour sur deux pour s'occuper de la ferme. Yvonne, sa soeur, ne se gêne pas pour l'encourager, même de manière un peu rude ou ironique.
Une très belle écriture, pleine de mots savants, mais jamais larmoyante. On sent chez l'auteur une grande pudeur, une retenue qui donne un caractère de vérité à ce livre. Mais une oeuvre qui donne à réfléchir sur notre propre regard sur les handicapés.
Extraits :
- "Comment a-ton-pu faire tant de tintouin pour un handicapé?"
- "Ne laissez pas les médias faire de moi un monstre".
- Il retrouvait habituellement le sentiment de sécurité du garçon infirme et muet qui a un brave copain bavard.
- Ses parents se préparaient à emmener leur fils, parqué dans son zoo, voir John Medlycott, le directeur du lycée Mount Temple.
- Son corps devient aussi beau qu'un corps normal pendant que la lourde croix qu'il portait se faisait légère sur son dos fragile.
- "Un poète, cela ne se fabrique pas, expliqua Brendan Kennelly en présentant Joseph au vaste public".
- Être membre d'une famille, tel était le trésor de Joseph.
- L'autobiographie de Peig Sayers semblait un récit étrangement lointain.
- Un vent destructeur soufflait sur la vie de Joseph Meehan, mais il trouva le réconfort dans la fraternité de ses amis.
Éditions : Balland.
Titre original: Under the eye of the clock. (1987).
PS. Christopher Noland est décédé le 2o février 2009, il avait 43 ans. Voir ici.