Le fossé

Hervé JAOUEN

Note: 5

La Ballade de la geôle de.......

Roman policier datant de 1995, qui est, malgré tout pour moi un inédit.

Xavier Langlois, à quelques jours de sa sortie de prison, écrit à sa fille Catherine. Dans une de ses phrases, il lui dit : "Je veux simplement t'exposer les faits de mon point de vue. Je veux que tu entres dans la tête de celui que j'étais, il y a douze ans, le jour du crime".

Il relate à Catherine ce jour de juillet où sa vie a basculé dans un cauchemar dont il pense enfin sortir. Sortir également de prison, où il a passé plus de douze ans pour un triple homicide.

Il lui explique que sa belle-mère lui avait annoncé par téléphone qu'elle avait découché. Il lui raconte qu'il ne savait rien des libertés que lui accordait sa grand-mère, ni de ses fréquentations hors scolaires.

Il lui confie sa peur, ses regrets de ne pas l'avoir aimé assez, puis l'angoisse qui le prend quand il devine petit à petit la nature de ses fréquentations.

Son enquête le mène dans un monde cauchemardesque où hélas elle n'est pas à sa place et où elle est une proie facile.

Il lui reparle du procès où, pour ne pas la souiller encore, il brode une histoire, se donnant le mauvais rôle pour tenter de sauver son avenir.

Enfin, c'est le grand jour : Xavier Langlois sort de prison. Sa vie, entouré de sa famille, va reprendre son cours normal :

"Un gardien ouvre la dernière porte qui donne sur la liberté".

Xavier Langlois est un fils de la terre ; à force d'études et de travail, il est vétérinaire, a maintenant une situation en vue et habite dans la partie résidentielle de la ville. Sans le savoir ou sans culpabiliser, il ignore le monde extérieur, il estompe les problèmes de sa fille. Un homme ordinaire dans une catégorie de gens aisés, vacances en Sicile, quiétude financière, quelques dons pour se donner bonne conscience, mais le retour sur terre sera très dur.

Catherine, sa fille, avait treize ans au moment des faits. Adolescente,un peu jalouse de son frère, cherchant à attirer l'attention, elle se laisse entraîner dans une rébellion qui tournera au drame.

Les fossés, devrions-nous dire, celui qui sépare la famille de sa fille, celui qui interdit l'accès d'un quartier à un autre, et celui qui, plus le livre avance, créera un gouffre entre le père et la fille. Le fossé aussi, qui grandira entre un père blessé dans sa chair et la loi et la justice.

Peut-on en notre âme et conscience blâmer le père, se réfugier derrière le fait que cela n'arrive qu'aux autres? Un récit âpre, sans concession qui laisse pleins de questions en suspens quelque part dans la tête. Une grande leçon d'amour paternel et un grand livre, qui raconte les faits sans tomber dans le mélodrame.

Extraits :

- La haine se crie. Le mépris se tait. Le doute se murmure. Au procès tu murmurais

- Je t'aimais comme on aime son enfant.

- Ce qui suit est ma plaidoirie, mon acte de contrition.

- Je conçois que nous pouvions te paraître "étrangers".

- Chez eux rien ne serait arrivé.

- Pourquoi te raconter cela? Retarder le récit? Je te l'accorde. J'ai envie de renoncer.

- J'ai franchi cette tranchée coupe-feu, ce fossé antichar qui isolait la Zone du reste de la ville.

- Je n'ai pas su deviner, Catherine, que tu étais jalouse de ton frère. Jalouse est un vilain mot.

- La Zone la nuit. C'est un vaisseau en panne, qui bat pavillon de la planète des exclus, amarré près des barbelés électrifiés au quai des nantis.

- L'auditoire a éclaté de rire. Le tribunal s'amusait.

Éditions : Denoël. Sueurs Froides.

Autres chroniques de cet auteur :

Pleure pas sur ton biniou

Merci de fermer la porte

Connemara Queen.