Pleure pas sur ton biniou.
Hervé JAOUEN.
Note : 4 / 5.
Ca boum à Brest ?
Les aventures de trois mousquetaires et d’une mousquetaire (esse ?) à Brest, dans les glorieuses années 1970. Reconnaissons tout net que l’histoire policière n’est qu’un prétexte à une explosion de…rire.
Le FROCLIB a décidé de s’attaquer au signe du colonialisme français en Bretagne, après les militaires et le pouvoir financier, l’église catholique, sus au tourisme !
Après un inventaire de victuailles, bières et surtout pâtés  "Henaff" (200 pour le liquide, 100 pour le solide), nos compères sont prêts à prendre le maquis, après une nuit "Bleue" avec moult explosions. Après avoir organisé une prise d’otages, ils lancent un ultimatum au gouvernement par l’intermédiaire d’un journal. Après avoir transformé une modeste chapelle bretonne en "Fort Alamo", les aventures peuvent continuer. Pour donner un peu de sel (de Guérande)à cette histoire, vous saupoudrez d’un journaliste à l’imagination délirante, inversement proportionnelle à son sens de la déontologie. Un peu d’alcool et de sexe, sinon ce serait une enquête du "Club des cinq". Un brin de parfum et un pardon breton seront quelques autres ingrédients pour parfaire le bouquet final.
Les personnages par ordre d’entrée en scène :
Bêtàbondieu, d’après ses collègues d’IUT, il est bigot, limite demeuré et plein de taches de rousseur, d’où son surnom. Joueur de biniou émérite, il anime défilés et Fetz Nos.
Buffet, autre surnom, dessinateur industriel, il ne sait faire que des lignes droites et se prénomme Bernard. N’est pas plus malin que Bêtabondieu, mais lui sa spécialité, c’est la danse bretonne.
L’Abbé, curé défroqué (surtout devant les jeunes femmes), 37 ans mais d’après l’auteur :
- Sa gueule avait largement passé la soixantaine. Marquée par l’alcool, les femmes et les maladies tropicales.
Lui aussi est à sa manière un défenseur de la culture bretonne, je dis bien à sa manière.
Colette, elle a 23 ans, vierge, son fiancé s’est suicidé avant de passer à l’acte. Elle n’aime que deux entités, Dieu et la Bretagne. Mais être comme cela du jour au lendemain entourée de trois hommes en état de marche n’est pas fait pour lui déplaire.
Joyeuse parodie de roman policier, tous les clichés sur le tourisme en Bretagne, les mouvements autonomiste de ces années là. Un livre jouissif, mais Hervé Jaouen est un très grand écrivain de roman policier, donc prenez ce roman comme une récréation, et lisez également "La mariée rouge " ou "Hôpital souterrain" et pour les fans comme moi ses œuvres sur l’Irlande.
Quelques titres de chapitres :
Troisième membres : la nana ; Portrait de flic, avec journaliste ; Le sermon baroque ; Sus aux Parigots.
Extraits :
- L’histoire de Colette, c’était autre chose que celle de la Princesse de Clèves.
- Il aurait un compte ouvert dans les auberges discrètes où les secrétaires déhoussent leur clavier personnel à l’usage de leurs patrons chéris.
- Nombreux furent les couples qui pour retrouver un sommeil nerveux, firent l’amour, au mépris d’un calendrier des dames oginophiles.
- Nous sommes le Front Chrétien de Libération de la Bretagne.
- Cette chapelle qui témoigne de l’art de nos pères avant que ce pays ne soit vendu et profané par les fesses d’Anne de Bretagne.
- N’importe quel manuel de sociologie vous le confirmera : l’un des caractères ataviques du Breton est d’être alcoolo.
- Buffet et Bêtabondieu, les goujats laissèrent Colette au bord de la défaillance orgasmique.
- Le lambic, made in Brittany, distillerie Roboen, illicite bouilleur de cru, titrait un bon 70°.
- La Bretagne est à la mode parce que les Bretons s’accrochent désespérément à ce dernier bien qu’ils ne veuillent pas vendre : la qualité de la vie.
Ce livre est précédemment sorti aux éditions Le Signor, sous le titre "Les binious bombardent" en 1978 sous le pseudonyme de J.M.Kérity, puis aux éditions J. Goujon sous le titre "La petite fille et le pécheur".(1980)
Les éditions de la Chapelle (2002)