Dublinoiseries.
Flann O’BRIEN.

Note 5 / 5.
Les chroniques de la petite cruche pleine*.
Six histoires ou chroniques ou ce que vous voulez d’ailleurs. Un Flann O’Brien au sommet de son écriture (que dis-je de son art !). Pour ces chroniques il employait le nom de "Myles na nGopaleen", ces articles durèrent de 1940 à la mort de l’écrivain en 1966.
Il y a beaucoup de dérision dans l’œuvre de Flann O’ Brien, mais ici c’est un concentré d’humour dublinois. Ces articles ont été publiés par l’Irish Times dans "La chronique de Cruiskeen Lawn" (La petite cruche pleine)

A consommer sans modération : " Le Whiskey est un hydromel fait à partir de grain, tout comme le pain "." Le bon peuple d’Irlande " est un dialogue entre ce bon peuple d’Irlande et l’auteur. Lequel auteur semble prendre les irlandais pour des benêts !
Dans " Le bureau de recherche " prière de s’agripper à ce que l’on peut, car entre l’encre qui boit " cette nouvelle encre qui exhale d’insidieuses vapeurs spiritueuses dont la recherche se poursuit à grand pas ", la mise au point d’un remède pour soigner la flémingite aiguë ou le pantalon d’urgence qui a des poches du diamètre exact des bouteilles de bière sans oublier le train fonctionnant à la tourbe, arrachage et combustion instantanées, les jurés du concours Lépine y perdraient leur latin !. Et que dire de cette idée d’ouvrir les pubs de 2 heures à 5 heures du matin seulement ? ?
Grave problème également dans" Sir Myles Na gCopaleen " (le p’pa) est-il mort ? Le fait d’être ressuscité 8 jours après annule t’il son testament et le remariage de sa veuve ?
Et que faire de tous " Les Raseurs " répertoriés par Flann ? Ces types qui ont une lame de rasoir ou une montre, celui qui ne veut pas avoir la radio, ou encore celui qui ne croit pas au grand air ? Pour ne plus passer pour un raseur, je porte la barbe depuis trente ans !
Extraits :

- Jugement du tribunal libre de Cruiskeen au sujet du livre de Flaubert "Madame Bovary ". On dirait un Précis de grammaire irlandaise rédigé par les "Irish Christian Brothers ".
- Humour envers lui-même : Attention mon vieux tu bois au-dessus de tes moyens.

- Humour entre écrivains : Prenez le THOREAU par les cornes. Si JOYCE dire. On n’apprend pas au vieux SYNGE à faire la grimace.
-" Le bon peuple d’Irlande " Vous pouvez parler de faire descendre la consommation alcoolique, descendre c’est bien le mot.
-Toute invention est, pour le pauvre mortel, utile……à quelque chose.
Editions : Jean-Cyrille Godefroy (1983)
Titre original : The best of Myles.

*Cruiscin Lan en gaélique.