Un Irlandais en Allemagne.
Dermot BOLGER.

La note: 4 / 5.

L’Irlande, la poésie et le…………football.
Petit livre d’une centaine de pages, il fait partie d’une série de six ouvrages irlandais, publiés dans un but caritatif.
Les autres auteurs sont : Vincent Banville, Roddy Doyle, Sheila O’Flanagan, Deirdre Purcell et Patricia Scanlon.
Que de souvenirs dans ce livre, ces équipes d’Irlande bâties de bric et de broc, farouches adeptes des troisièmes mi-temps, toujours vaillantes, mais souvent vieillissantes.
Les derniers joueurs à l’âme amateur, jouant pour la plupart dans des divisions inférieures du championnat anglais.
Un homme écrit une lettre à son fils irlandais de mère allemande de onze ans, il lui raconte la fin de sa jeunesse et la ‘campagne’ qu’il fit avec deux amis pour la coupe d’Europe de football de 1988 en Allemagne justement.
L’Irlande perdit une rencontre contre les Pays-Bas, alors qu’un nul lui aurait ouvert les portes des demi- finales.
Les hordes de supporters hollandais envahissent la ville, il prend tristement le train de Hambourg. " Quand le contrôleur est arrivé, il a vu mon écharpe irlandaise et il m’a salué, respectueusement, d’un hochement de tête "
Le seconde partie est un recueil de courts poèmes, traitant de Rory Gallagher, de Finglas, d’un oncle inconnu et du temps qui passe.
Extraits :
" Et quand les Hollandais ont été partis, on est resté hommes et femmes. On était treize mille à acclamer, à applaudir. On scandait les noms des joueurs. Pour leur faire savoir combien on était fier.
-Je pensais au sac cabossé de mon père. A O’Brien, qui nous entraînait derrière l’arbre de la liberté de 1798. Aux profs qui lui ont succédé et qui nous ont inculqué la grammaire irlandaise. Et aux hommes cagoulés qui, au nom de ce que je représente, posent des bombes qui déchiquètent les badauds ".
Editions : Librio (2001).