Meurtres exquis.
Joseph O’CONNOR.
'Présenté par'

Note:  4 / 5.
Enigme !
15 chapitres, 15 auteurs.

En achetant ce livre vous faites une bonne œuvre, il est en effet édité en soutien à Amnesty International.
Le ban et l’arrière ban de la littérature irlandaise se sont réunis pour ce projet d’après une idée de Joseph O’Connor. Des écrivains connus, Roddy Doyle, Hugo Hamilton, Frank Mc Court, de brillantes femmes de plume Gina Moxley, Marian Keyes ou Pauline McLynn. A noter la présence de Anthony Cronin, plus de 75 ans, qui a entre autre écrit une biographie de Flann O’Brien.
Une formule mystérieuse Y8S=+! Est-ce un manuscrit inédit de James Joyce lui-même, un remède contre le vieillissement, une arnaque de génie? Beaucoup d’argent est en jeu, les cadavres fleurissent dans la capitale irlandaise, car personne ne possède l’intégralité du document. Un bon pastiche du roman policier.
Des caricatures de personnages, les hommes pas trop à leur avantage, balourds ou ripoux, plutôt pas intelligents. Un livreur d’urinoir pour pub, un rasta made in Dublin, recoloré au cirage, des professeurs spécialistes de Joyce mais l’aimant bien aussi sur un billet de monnaie.
Mais les femmes sont plus pittoresques, grands-mères respectables en réalité chef de gang, une ministre de la justice irlandaise, ogresse croqueuse d’homme (jeune de préférence), amateur de cigare et d’alcool fort, une pseudo nonne nommé Morkan (voir Gens de Dublin de Joyce). Un peu d’amour et de sexe avec une inspectrice de police, mignonne et amoureuse d’un de ses collègues maladivement timide. Un zeste de beuverie, bref tous les ingrédients du genre, mais beaucoup de bonne humeur.
Il ne faut pas trop chercher d’unité dans le récit, mais plutôt des divagations désopilantes. Chacun apporte ses idées et son style. Un agréable moment de lecture pour un livre qui est très amusant et des auteurs qui ne se prennent visiblement pas au sérieux.
Y8s=+ !.c’était la seule " phrase " commune aux deux documents. Quelle sens avait-elle ?
Extraits :
-" Ecoute-moi, Greer : laisse tomber tes airs à la Gary Grant. On va jouer à Bill et Monica. Mais que ce soit bien claire : c’est toi qui vas faire Monica.
Editons : Nil éditions (2002)
Titre original : Yeats is Death (2011).
Autre chroniques de cet auteur :
Les bons chrétiens