Journée d'adieu

John McGAHERN

La note: 3,5

Sombre jour.

La dernière journée d’un enseignant dans une école irlandaise, dont il est renvoyé pour avoir épousé une divorcée.

Il revoit sa vie et les circonstances qui lui ont fait exercer ce métier. Dans la première partie du roman, le narrateur nous parle de son enfance entre une mère chérie et un père gendarme trop souvent absent. La longue agonie de sa mère, dont la grossesse "de trop" hâte la généralisation de son cancer, est pour l’enfant une épreuve traumatisante.

La seconde partie du livre, cet enfant est adulte, il n’a pas tenu la promesse faite à sa mère, il n’est pas entré dans les ordres, l’enseignement lui permettant de vivre une existence normale.

Il entre dans une école religieuse dont l’éducation est très stricte et d’une bigoterie extrême. La rigidité de cet enseignement et des déboires sentimentaux l’amènent à prendre une année sabbatique, il part vivre à Londres. Travaillant dans un bar, il fait la connaissance d’une américaine divorcée. Il l’épouse civilement au grand dame du père de la mariée, homme d’affaires qui semble riche, mais dont la fortune repose sur du vent, et dont le cadeau de mariage, un appartement à Londres ne leur appartient pas.

L’année ayant passé, le retour en Irlande s’impose, la reprise de son poste d’enseignant est nécessaire. Mais l’église et les bonnes mœurs bigotes règnent, un enseignant doit être marié religieusement. Mais les divorces n’ont pas le droit au mariage religieux, donc c’est l’exclusion.

L’écriture est toujours aussi précise dans ce roman en grande partie autobiographique, mais il n’a pas la puissance de "La Caserne" dont la trame est la même, mais qui est beaucoup plus sombre. Un bon roman malgré ces quelques réticences.

Extraits :

-De toute façon, l’amour est un mot tellement employé à toutes les sauces qu’il ne signifie pratiquement plus rien.

-" Elle ne peut pas mourir, répétai-je d’une voix forte. Elle est trop jeune pour mourir. Il n’y a que les vieilles personnes comme grand-mère qui meurt."