img155

Passions entravées
Sean O'FAOLAIN.
Note 3,5 / 5.
Amours contrariés.
Recueil de 14 nouvelles d’un autre écrivain de Cork (avec Frank O’Connor).
Toutes traitent de passions insatisfaites et d’êtres malheureux ou ayant manqué leurs vies. Ces courts récits s’étalent de 1932 à 1976.
Histoire policière dans "Le meurtre de Cobbler’s Hulk", portrait de mère possessive dans "Le petit quinquin" ou de vieil aristocrate pendant la guerre d’indépendance dans "La Folie Saint-Jean ". Un couple étrange dans une nouvelle étrange au titre étrange "Une cigogne valsait avec un rouge gorge ", excellente nouvelle au demeurant, dans laquelle une femme apprend le futur mariage du seul homme qui l’ai embrassé, et qui pense pleine de regrets que "Rien ne marcherait jamais". "Un monde brisé" est un huis clos dans un compartiment de train, le narrateur est avec deux compagnons de voyage, un prêtre bavard et prétentieux et un fermier taciturne. Il découvre l’humilité du monde paysan. Amis, victimes de la médisance dans "Un génie est né". Elle est cantatrice, mariée, relativement aisée, lui est ténor, ouvrier et un peu naïf. Ils se produisent en duo, passent beaucoup de temps ensemble. Trop pensent certains, l’église en particulier :
-" Pat ! On commence à jaser sur nous. Il ne faut plus que tu viennes si souvent "
"Qui jase ? demanda-t-il en rougissant de honte"
-"Eh bien, le Père Shanahan a fait des allusions.
Un homme se penche sur son passé dans "La crainte et l’innocence". Jerry a quarante six ans et est célibataire Il habite la même ville depuis vingt ans et partage une maison avec un ami, il a eu une passion secrète pour Jill, la femme de cet ami, passion sûrement partagée. Jill est morte et Jerry découvre la vérité sur ce couple, le laissant seul, avec unique but, son travail.
Dans "Comment écrire une nouvelle", un homme raconte une idylle entre lui et un de ses camarades de classe, l’autre se demande comment en faire une nouvelle publiable.
Des nouvelles étranges avec des fins souvent énigmatiques, qui laissent un goût bizarre. Mais pourquoi tous ces gens briment leurs émotions et leurs passions ? L’église et une éducation catholique très stricte ou en manque de confiance en soit, aidé par une société issue de petite ville cancanière et sans pitié. Une belle écriture, des descriptions plaisantes et précises qui n’alourdissent pas le texte.
Extraits :
-"Ils ont gagné de l’argent en fabricant des bouteilles, répliqua t-il en tendant la main vers le whisky et moi j’ai dépensé leur argent en bouteilles".
-"Je préférerais le voir baigner dans son sang à mes pieds plutôt que de le voir épouser cette Jézabel".
-"Je dois leur expliquer que l’Irlande est une île voisine de l’Angleterre, ce que je trouve un petit peu humiliant".
-Mais depuis ce qui est arrivé à Jill, je ne crois plus ni à Dieu, ni au diable.
-"Que ta consommation soit paisible et ta tombe de bon renom".
Editions : Gallimard
Autre chronique :
L’homme qui inventa le péché.
Sean O’FAOLAIN 1900/1991.
Ancien membre de l’IRA puis enseignant. Il est un des personnages de caractère de la littérature irlandaise. Il fonda en 1940 un journal littéraire "The Bell" qui publiera de nombreux jeunes auteurs irlandais.
Egalement disponibles en français : L’homme qui inventa le péché(Nouvelles)et Les Irlandais (Essais).
Il est le père de Julia O’FAOLAIN qui a écrit plusieurs romans dont un traduit en français "Gens sans terre" Editions Phébus.