Le trépasseur.
Eoin McNAMEE.

Note: 5/ 5.
L'horreur absolue
Belfast dans les années 1970. Des petites frappes des bas fonds protestants de Belfast passent du statut de voyous à celui d’icônes pour une partie de la population. Devenus membres de groupes para- militaires, ils dérapent et deviennent incontrôlables.
Victor Kelly, beau gosse charmeur, est le chef incontesté d’une bande de tueurs sadiques, leurs cibles sont des catholiques se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment. Manipulé par Mc Clure, politicien nazillon, soutenu en sous-main par certains militaires et bénéficiant d’une certaine mansuétude policière, ils terrorisent les populations catholiques. Trop de choses politiques et d’argent sont en jeu et tous les coups sont permis, même les pires. Mais leur cruauté gratuite finit par devenir trop voyante. L’image de Belfast, ville en état de guerre civile, avec ses castes dominantes dont le seul souci est le pouvoir, est terrifiante. La violence règne, les lois sont ignorées. La drogue commence ses ravages, la haine intercommunautaire est palpable. Entre une mère qui remue ciel et terre pour lui, et un père silencieux mais qui semble comprendre qu’il est un assassin, il est lui aussi victime d’évènements qui le dépassent. Mais les Mc Clure et compagnie sont encore là aujourd’hui et trouvent toujours des sympathisants.
Ce roman noir, très noir est basé (et c’est en cela qu’il est édifiant) sur une histoire vraie. En 1972 sévissaient (quel autre terme employer ?) "Les Bouchers de Shankill", qui enlevaient des passants catholiques et les torturaient toute la nuit, même leur communauté les désavoua. Très dur dans le fond et la forme, loin de l’image irlandaise des campagnes et des lacs.
Extraits :
- Victor possède en lui son aversion de l’autre :
"Portant le nom de Kelly, il savait qu’on le soupçonnerait toujours d’être catholique ".
-" Je te connais, dit Smiley, pour le fils bâtard d’un bâtard de catholique du nom de Kelly "
- Victor leva le Browning et lui tira une balle dans l’estomac. Toute la nuit durant, il resta silencieux, assis à son côté tandis que l’homme agonisait à mort.
Éditions : Gallimard (1996).
Titre original : Ressurection man (1994).