Petit miracle et autres essais.
Barbara KINGSOLVER.

Note: 5 / 5.
Les doutes d’une américaine.
Ce livre était parmi mes préférés, quand est-il aujourd’hui après une seconde lecture et une élection américaine ? Une phrase résume tous les essais rassemblés dans ce livre. "Peut-être pouvons-nous encore montrer au monde que nous valons quelque chose ".
Miracle, cet enfant iranien (ironie du sort) retrouvé vivant près d’une ourse, qu’est devenue l’ourse ? A t’elle payé de sa vie d’avoir allaité cet enfant ? La parabole est frappante, la même parabole qui nous dirige via les médias. Barbara Kingsolver est lucide, les Américains sont "le gros frère" qui mange trop mais n’aide personne (ou si peu) ; pendant combien de temps le monde acceptera-il cela ? Elle écrit "Personne ne hait le Canada" peut-être ont-ils une certaine humilité et une retenue dans les affaires du monde ? L’écart se creuse entre les riches et les pauvres ? Une petite aumône pour le calme et un massacre de la planète en échange.
Barbara prêche pour l’égalité, mais les élections américaines sont passées par-là, une certaine utopie n’est plus de rigueur, les tenants de lignes pures et dures gouvernent. Mais il est nécessaire que des voix s’élèvent pour crier "casse-cou". Le respect de la nature est malheureusement la dernière préoccupation de l’Américain moyen. L’essai "Un coup de poing dans l’œil de Dieu" nous démontre comment les grandes compagnies américaines avec l’aide de certains gouvernements offrent des graines la première année, mais vend les engrais et les pesticides ensuite, condamnant les pays pauvres en les rendant dépendants. Elle nous parle de son grand-père dans le Kentucky dont le festin pour Noël était une soupe d’huîtres et une orange, leur ordinaire était des produits des environs et non pas des fraises du Chili. Ses enfants ont droit aussi à leurs chapitres : adolescence, la vie en général ou les problèmes liés à la télévision, leurs tentatives d’élevage de poulets pour une vie plus proche de la terre.
Petites phrases : " Je suis devenue une passionnée de l’alchimie qui consiste à faire moi-même mon beurre et mon fromage, le beurre est un sport et le fromage un art " (il y a pourtant quelques artistes en Bretagne).
" En matière de génie génétique, je préfère mille fois que ce soit la morale qui oriente le programme que la logique du profit ".
De mes lectures de Barbara Kingsolver, ce recueil fut le premier (je remercie ma fille pour ce conseil, ainsi que pour la découverte pour moi de Paul Auster) et j’avoue que c’est celui que je préfère, malgré la très grande qualité de ses romans.
Un grand livre, par un grand auteur et une écriture simple donc très facile d’accès.
Editions : Rivages (2002)
Titre original : Small Wonder (2002).