img145

Le labyrinthe
Sara SHERIDAN
Note 3
Libby et Becka.
Sara Sheridan est née à Glasgow. "Le Labyrinthe" est son premier roman. Il me semble qu’elle est apparentée à Jim et à Peter Sheridan, écrivains et metteurs en scène.
A la manière de Thelma et Louise, deux femmes en cavale entre l’Irlande et le Royaume-Uni.
Libby est Nord irlandaise de Belfast, architecte parce que "Les maisons disparaissaient autour de moi quand j’étais petite". Fille d’un couple mixte, catholique et protestant, sa propre maison a brûlé provoquant la mort de ses parents. Elle vit à Londres et est en période de déconvenue financière et se voit refuser un crédit par une certaine Lorna Mc Leish de la First Caledonian. Elle apprend que Lorna est partie pour plusieurs mois au pays de Galles, elle s’installe dans son appartement de grand luxe, et y installe une de ses nouvelles amies ; Becka, qui elle, est écossaise. Mais qu’est devenue Lorna, quel est le rôle exact de son amant et collègue de bureau, David Curran ? Suite à diverses mésaventures, elles décident de se mettre au vert, en Ecosse chez les parents de Becka. Puis en route pour Belfast, où elles apprennent le meurtre de Lorna, dès lors elle n’ont qu’une seule idée en tête, supprimer David ! Mais d’abord un peu de bon temps en République d’Irlande, teinture des cheveux blond oxygéné, musique, alcool, sexe et débauche. Puis le temps des questions : qui est réellement David ? Son frère Liam a fait de la prison comme militant de L’I.R.A, les malversations financières sont personnelles ou militantes ? Jusqu’où la vengeance et l’attrait de l’argent les emmèneront t’elles ?
Je ne me rappelais pas avoir lu ce livre, donc une redécouverte. Quelques unes des plus belles pages consacrées à Belfast et une analyse des plus pertinente sur "Les Troubles". Quelques invraisemblances et quelques péripéties cousues de fil blanc gâchent un peu la fin, qui ressemble à un roman policier et semble un peu bâclé, dommage.
Extraits.
-Le gouvernement finit par garantir toutes les assurances en Irlande du Nord.
-Ca prêchait la paix aux gosses du Sud qui n’avaient pas connu la guerre, et c’était très drôle.
-Les p
remiers pulls d’Aran furent tricotés avec des porte-bonheur incrustés dans le motif. Une même famille portait le même symbole. Ainsi en cas de naufrage, si un corps était rejeté sur la côte, on pouvait savoir à quelle famille appartenait, la dépouille rongée par la mer.
-Il n’y avait pas eu de bombe, La maison avait simplement explosé à cause d’une déficience des conduites de gaz.
-
On dit que, si vous voyez les îles d’Aran de la plage de Galway, il va sûrement pleuvoir. On dit que si vous ne voyez pas les îles d’Aran de la plage, il pleut déjà.
-
D’une certaine façon Belfast est une ville où règne une discipline extraordinaire.
Titre original : Truth or Dare. (2000)
Editions Marval.